Quand la vie bascule ...

Je me fais beaucoup plus discrète ces temps-ci.
Moins d'échanges, de publications, d'articles sur le blog.
Plus de retards, d'absence, de remise en question.

Je suis fatiguée - physiquement et psychologiquement - par cette terrible nouvelle qui est tombé dessus et dont je vous ai parlé dans cet article : Quand la maladie s'abat sur la famille !

Les choses se précisent et les mauvaises nouvelles se succèdent ces derniers jours. Je tente de préserver mes chérienettes mais comment puis-je les protéger face à ce qui les attend ?
Je suis moi-même dans le doute, la tristesse et la colère !

Chipette a des nuits difficiles. Elle se réveille plusieurs fois par nuit, se lève tôt le matin et, certaines nuits, ce sont les pipis au lit qui ont fait leur apparition.
Si petite qu'elle est, elle sent bien que son papa ne va pas bien et que c'est grave.
Dès que nous parlons de lui, elle rétorque : " Mon papa, il est malade ". Elle le réclame beaucoup et lui fait de gros câlins quand elle peut le voir. Ce qui n'était pas une habitude.
Chipette a une relation fusionnelle avec moi qui a souvent laissé peu de place à son papa.

Namour renferme beaucoup de colère. Elle refuse d'en parler même avec un médecin extérieure.
Elle comprend trop bien la situation pour l'avoir déjà vécue. 
C'est ce côté qui est dramatique. Elle sait à peu près, ce qui l'attend.
J'ai l'impression que ma petite de 8 ans perd toute son innocence et c'est tellement injuste !!! 
Elle fait des cauchemars, explose à la moindre frustration. Elle veut voir son papa et, en même temps, elle ne veut plus trop y aller.
Elle ne reconnaît plus celui qui l'a élevé, faisait du vélo dans la campagne, allait à la ferme voir les nouveaux-nés, la câlinait et passait tous ses mercredis avec elle. 
Aujourd'hui, son papa se bat contre l'incurable, est fatigué et n'a plus la force d'être celui qu'elle a connu.
C'est tellement difficile !! 

Il y a des jours, je voudrais tout envoyer valser. Les gens, leurs soucis de tous les jours m'énervent.
Je n'ai plus envie de sourire pour faire comme si tout allait bien mais je n'ai pas non plus envie d'expliquer oralement ce que je renferme intérieurement.
Et d'autres jours, j'ai l'impression d'être sans émotion, incapable de pleurer ou rire. Je me mens en pensant que c'est un cauchemar qui va prendre fin, qu'on va revivre normalement.

Ce mélange de sentiments, cette vie qui a basculé, je ne les accepte pas.
On dit souvent " ça n'arrive pas qu'aux autres " mais bordel, qu'est-ce que je déteste cette phrase aujourd'hui !!!

Pourquoi lui, pourquoi elles, pourquoi nous ? Ces questions sans réponse ... Cette injuste qui a semé la pagaille dans nos vies.
Ces moments de bonheur qui sont balayé par la plus terrible des tristesses.
L'envie qu'un miracle ait lieu ou de se réveiller de ce cauchemar.

Et pourtant, j'ai ce besoin d'extérioriser ce trop plein ici ... Besoin de pouvoir vider mon sa,c à vous, qui me suivez de près ou de loin, depuis peu ou longtemps.
Parce que je n'y arrive pas auprès de mes proches, parce que je ne veux pas en rajouter à leur colère et leur peine, parce qu'ici c'est un peu mon univers et ma bulle d'oxygène depuis 2 ans ! 

Parce qu'ici, certaines personnes ont peut-être connu se drame aussi ... 
****************
Vous pouvez suivre toutes nos aventures sur :

Je vous partage également mes idées et envies sur : 

Ils ont adoré :